Vaccin anti-covid: les graves révélations d'une étude

Par lanouvelletribune  -  22 février 2024 01:46

Image placeholder

La pandémie de Covid-19 a eu des répercussions dévastatrices à l’échelle mondiale, entraînant des pertes en vies humaines et des bouleversements profonds dans les sociétés. Dans ce contexte, la vaccination s’est imposée comme un outil crucial pour endiguer la propagation du virus et réduire la gravité des cas. Cependant, une récente étude internationale vient jeter un voile d’incertitude sur cette solution tant espérée.

Publiée dans la prestigieuse revue Vaccine, l’étude en question a examiné les données de vaccination de 100 millions d’individus dans huit pays différents, parmi lesquels le Canada, l’Argentine, l’Australie et plusieurs nations européennes. Coordonnée par le Global Vaccine Data Network, cette recherche est d’une ampleur sans précédent dans l’évaluation des conséquences sanitaires post-vaccination.

Publicité

Les résultats ont mis en évidence des associations préoccupantes entre l’administration des vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca et l’apparition de problèmes de santé graves. Parmi ces derniers figurent la myocardite, la paralysie de Bell, les convulsions, la péricardite et le syndrome de Guillain-Barré, des effets secondaires survenant en moyenne 42 jours après la vaccination.

Entre Israël et l’Iran, la tension monte encore

Entre Israël et l’Iran ce n’est pas l’amour fou. Les relations entre les deux pays…

En particulier, l’étude a relevé une incidence accrue de myocardite chez les individus ayant reçu les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna, et une hausse des cas de péricardite chez les bénéficiaires d’une troisième dose du vaccin AstraZeneca. De plus, un risque augmenté de thromboses cérébrales et de syndrome de Guillain-Barré a été associé à ce dernier vaccin.

Ces constatations appellent à une investigation plus poussée pour comprendre pleinement les liens entre vaccination et ces complications médicales. Néanmoins, il est essentiel de noter que, selon les chercheurs, le risque de développer de telles affections suite à une infection par le Covid-19 reste supérieur à celui lié à la vaccination.

Publicité

La découverte de ces effets indésirables potentiels souligne l’importance de continuer à évaluer le rapport bénéfice/risque de la vaccination contre le Covid-19, tout en tenant compte du danger bien réel que représente le virus lui-même selon un spécialiste. L’étude rappelle ainsi la complexité des choix à faire en période de pandémie, entre la protection contre le virus et la prévention des risques sanitaires secondaires.

Face à la Chine, ce géant américain réagit et se tient prêt

La rivalité contemporaine entre la Chine et les pays occidentaux se manifeste principalement dans les…