Promesse du ministre Samou Seidou Adambi: « Il y aura de l’eau pour tous les Béninois en 2024 »

Par levenementprecis  -  23 juin 2022 21:24

Image placeholder

Vues : 1

Le ministre Samou Seidou Adambi

L’objectif du gouvernement c’est de donner de l’eau à tous les Béninois. Après six ans de gouvernance, l’eau est-elle le bien le mieux partagé au Bénin ? Donner de l’eau potable aux populations d’ici 2024 est-il encore possible ? Des questions auxquelles à répondu le patron de l’Eau et des Mines, Samou Seidou Adambi sur l’émission ‘’Gouvernement en Action’’.

Quel est le bilan à ce jour : Les quartiers les plus touchés par le manque d’eau potable, explique le ministre, sont les périphéries de Cotonou à savoir: Fidjrossè et Godomey. Pour Fidjrossè et Godomey, il y a eu le projet « mesures d’urgence » qui suit son cours. Mais annonce-t-il, il y a un véritable projet, qui est d’environ 47 milliards qui concerne uniquement la ville de Cotonou et qui démarrera  dans quelques temps pour soulager définitivement, d’ici deux ans, les souffrances en matière d’eau potable dans la ville de Cotonou.

Pourquoi un manque d’au potable criard à Cotonou et Abomey-Calavi : A cette question, le ministre se montre plus explicite. Aujourd’hui, développe-t-il, c’est environ 124 000 m3 d’eau par jour. Malheureusement, la production est de 84. Le gap est de 40 000 m3. Donc, dans le cadre du projet Cotonou 3, des forages ont été réalisés pour combler le gap. « On est allé au delà des 40 000 m3 qui manquent ; et ce qui reste, ce sont les autres phases de mise en œuvre du projet dont les travaux de canalisation qui vont démarrer bientôt et de renforcement des deux stations de traitement, l’une à Togoudo au niveau de Carrefour IITA et l’autre à Akossombo que vous connaissez. Les deux seront renforcés pour permettre d’envoyer de l’eau directement à Akpakpa, au niveau du château d’eau. L’autre chose, c’est de connecter également de Porto-Novo et d’amener de l’eau à Akpakpa parce qu’Akpakpa se trouve en bout de réseau », a-t-il avancé. La solution la plus évidente, évoque le ministre, c’est d’amener de l’eau de Porto-Novo pour renforcer le système d’alimentation en eau potable. « Traverser la commune de Sèmè Podji et venir renforcer pour faire corps avec PK10 pour permettre que les deux zones puissent se ravitailler à partir de Porto-Novo. Voilà ce que je peux vous dire par rapport à ce qui concerne Cotonou. Nous sommes à pied d’œuvre. Nous n’attendons pas que le grand projet démarre, mais nous pouvons trouver des solutions palliatives en attendant que la satisfaction soit totale », a-t-il dit.

En ce qui concerne Abomey-Calavi, les réflexions sont en cours afin de permettre aux populations de Ouèdo et toute la zone non impactée jusqu’ici d’avoir de l’eau. Le travail qui se fait à Zinvié, poursuit le ministre, devrait pouvoir couvrir entièrement la ville sans aucun souci. « Tout ce qui nous reste, c’est l’extension et la construction des ouvrages de stockage des châteaux d’eau et des bâches au sol. La production n’a aucun problème à partir de Zinvié, on n’a aucun souci pour couvrir entièrement Abomey-Calavi urbain parce que cette commune à été scindée en urbain et en rural », a-t-il précisé.

Qu’en est-il des autres villes : Cette situation est identique à toutes les autres villes béninoises. Que ce soit à Savalou, Glazoué, Savè, Dassa-Zoumè, Abomey, Bohicon, Zakpota, Zagnanado, Djidja et Zogbodomey, Parakou, Djougou, Natitingou, Tanguiéta, des efforts considérables ont été faits par le gouvernement pour permettre aux populations d’avoir accès à l’eau potable en milieu urbain comme en milieu rural. « Il y a des projets qui sont déjà terminés…, que ça soit à Djougou, à Parakou, dans les collines et à Adjara. Et aujourd’hui, c’est terminé en milieu urbain et d’autres localités, également en milieu rural, sont terminées. On va dans cet élan pour permettre de pouvoir faire le point du trajet parcouru aujourd’hui par le gouvernement que ce soit en milieu rural ou en milieu urbain », avance-t-il. Mais au regard de la déserte d’eau dans plusieurs localités, le ministre rassure les populations de la poursuite des travaux pour garantir l’accès à l’eau potable aux populations béninoises. A l’en croire, le pari de la couverture totale de l’eau potable sera tenu en 2024. « En décembre 2024, les derniers qui n’auront pas l’eau sauront que les travaux seront terminés dans quelques jours ou au plus dans deux mois. On ne peut pas entrer en 2025 et dans une contrée ou dans un pan d’une contrée qu’on dise qu’on n’a rien vu…. Les quelques rares qui vont exister, ce serait des hameaux difficiles d’accès et on ira les chercher pour leur apporter de l’eau parce que c’est la priorité des priorités du gouvernement c’est-à-dire de tous les problèmes qu’on a, celui-là, on doit le faire à 100%. En 2024, il y aura de l’eau potable pour tous les Béninois, une promesse du gouvernement », a-t-il déclaré.

Rastel Dan