Laurent Mètongnon à la bourse du travail: « On est puissant un jour…mais pas toujours

Par matinlibre  -  25 novembre 2022 02:55

Image placeholder

C’est un accueil chaleureux qui a été réservé hier, jeudi 24 novembre 2022, à Laurent Mètongnon, libéré la veille, après 5 ans de prison. L’ancien Secrétaire général de Fessyntra-Finance a été condamné à 5 ans de prison, pour avoir placé des fonds de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), alors qu’il était le Pca, dans une banque sur le point de faire faillite contre des rétro-commissions. Mais Laurent Mètongnon et ses co-accusés dans ce dossier ont toujours clamé leur innocence. Pour ses proches, l’ancien syndicaliste a plutôt été victime de ses prises de position contre le gouvernement de la Rupture. Et c’est ce sentiment qui a été observé hier dans les discours de bienvenue à l’hommage de celui qui, selon eux, venait d’être victime d’une « injustice ». Pour son avocat, Aboubacar Baparapé, l’Organisation pour la défense des droits de l’homme et des peuples (Odhp) s’est investie dès le début pour assurer sa défense pour que le droit soit dit et la justice rendue. Mais hélas, affirme-t-il, c’était peine perdue, puisque le sort en était jeté. « Tu fut jeté en prison de façon arbitraire pendant 5 ans », a-t-il fait savoir.

 

Dans son allocution, Laurent Mètongnon a appelé les uns et les autres à travailler davantage pour la libération de tous les détenus politiques et le retour des exilés politiques. A ses dires, sans être visionnaire, il avait prévenu de tout ce qui allait arriver quand les lois « scélérates » ont été votées. Mais aujourd’hui, constate-t-il, on est puissant un jour, mais pas toujours.

Verbatim des propos de Laurent Mètongnon à la Bourse du travail

« Nous avions déjà parlé des lois scélérates en 2017. Lorsque nous étions à Porto-Novo pour le sit-in couché, nous n’étions pas des visionnaires. Mais tout ce qui arrive aujourd’hui, les secteurs vitaux qui vont tomber dans l’escarcelle d’un groupe, nous l’avions dit et nous avions fait également une proposition : asseyons-nous, regardons-nous en face. C’était ça le vrai amour. L’amour du prochain qu’on nous prêche dans tous les couvents et dans toutes les églises, ce n’était que de ça on parlait. Mettons-nous ensemble et voyons ce que nous pouvons faire ensemble. Donc nous n’avons pas été certainement suivi. Nous en souffrons aujourd’hui. Mais je constate que, avec le monde qui est présent, qui a pu faire le déplacement sur invitation du comité d’accueil, je peux dire, on est puissant un jour, mais on n’est pas puissant toujours. Seul Dieu est puissant et éternel »

M.M